Blog

  • Home
  • Marilyne
  • Moins, c’est mieux. – L’impact de l’industrie du vêtement sur l’humanité et l’environnement (Partie 3. La transition)

Moins, c’est mieux. – L’impact de l’industrie du vêtement sur l’humanité et l’environnement (Partie 3. La transition)

Donc voilà….

Je suis sans emploi, mais rempli de gratitude et de bonheur. À peine diplômé, je décide de quitter le milieu que j’ai choisis il y a maintenant 4 ans. J’étais pourtant si convaincu que c’était ma voie… mais maintenant, je suis persuadé du contraire.

J’ai été engagé dans un centre de la petite enfance et j’ai commencé l’université.

J’ai vécu plein de révélations à ce moment-là… j’ai rencontré des femmes inspirantes, des professeurs passionnés. J’ai lu des dizaines et des dizaines de livres de croissance personnelle, de spiritualité et de santé naturelle. J’ai assisté à des conférences révélatrices, j’ai fait beaucoup de cours de yoga et de méditation, j’ai consulté des médiums…

J’ai complètement fait un virage. Dans toutes les facettes de ma vie.

J’ai été suivre une formation de Philosophie et de méditation pour enfant. Ça a totalement changé ma façon de voir l’éducation, de voir la vie, de voir la parentalité, de voir la société.

Et je suis tombée enceinte.

Je suis tombée enceinte après avoir quitté mon emploi en garderie. Après avoir décidé de seulement donner des ateliers de yoga aux amis, mais sans être leur éducatrice. Encore une fois, j’avais du mal à entrer dans le moule. Ê

tre enceinte, ça a été tout un chamboulement. J’avais attendu et espéré ce moment-là depuis si longtemps… Mon bébé, enfin! Notre vie de famille allait commencer.

Mais justement… Quelle mère je serais? Quelles sont mes valeurs? Qu’est-ce qui est vraiment important pour moi? Pour nous? Qu’est-ce que je souhaite apprendre à ma fille? Quel est le mode de vivre que je veux lui inspirer?

Encore une fois, j’ai énormément cheminé durant ma grossesse. Je l’ai senti. Je savais que je vivais un grand changement.

Ça à commencer à ce moment-là: j’ai épuré, épuré, épuré. J’ai donné énormément de vêtement, de décoration, de chaussures. Je n’achetais plus rien sans me poser des milliers de questions. Le pays ou le produit est fabriqué, dans quelle matière, quel genre d’entreprise… Mon chum me dit souvent qu’il n’aimerait pas être dans ma tête tellement c’est rempli de point d’interrogation là-dedans!

Mais ce n’étais pas encore assez: quand on à un enfant, la famille s’emballe, on s’emballe et c’est parfois très difficile de ne pas perdre le contrôle de ce qui entre à la maison.

Je me suis retrouvé presque au même point, mais d’une autre façon: ma fille avait 6 mois et j’avais déjà 3 bacs de vêtements. La moitié n’avais jamais été portée, l’autre moitié, on les avait reçus en cadeau et ils ne nous plaisaient pas.

Je me sentais dépassé, décourager. Malgré tous mes efforts, je n’y étais pas encore arrivé. Qu’est-ce que je n’avais pas compris, encore?

La suite bientôt, promit! C’est une longue histoire, j’espère que vous appréciez xxx.

Comments:

Leave a Comment

Your email address will not be published.